19 sept. 2017

écrire à son passé


Il y a quelques temps je me suis adressée une lettre. S'écrire reste quelque chose d'assez incongru pour le commun des moldus mortels, mais si en plus je vous dis que j'ai écrit à mon moi antérieur alors l'idée farfelue n'en devient que plus saugrenue. Pourtant, cet après-midi à essayer de mettre des mots sur mon adolescence m'a fait l'effet d'une thérapie personnelle et pas chère


Je me suis alors adressée à la Carmen de 15 ans que j'ai été, cette période étant celle que j'avais envie de mettre en lumière, celle où j'aurai voulu entendre les paroles que je me suis apprêtée à écrire. Aucun spoil sur ma vie future, je déteste ça ! Peu importe ce qu'elle me réserve jamais je ne me prêterais à aller regarder à travers une boule de cristal ou à lire dans les feuilles de thé. La vie n'est belle qu'à travers ses mésaventures et ses surprises. La vie ça ne s'appréhende pas, tout simplement. 
J'ai naturellement écrit sous la plume d'une grande sœur,  celle dont je suis fière d'être aujourd'hui et qui m'aurait bien servie il y a quelques années. Aucun conseil, juste des mots qui adoucit l'âme, de la compréhension, une pointe d'humour et des encouragements; tout ce qu'une ado souhaite entendre en somme. Et ce fût étrange de s'écrire et de relire ces mots. Comme si je passais de la Carmen ado à celle d'aujourd'hui en quelques lignes. C'est assez fort émotionnellement. C'est comme si on se donnait les clés de tourner la page, d'avancer.


J'ai pleuré, j'ai ri. Pleine de gratitude pour la personne que je suis aujourd'hui, mon parcours, mon présent imparfait mais doux; heureux. Je l'ai vu comme une récompense après la bataille.. Tout comme Tyrion j'avais mes cicatrices mais j'étais fière de les porter. Pourquoi en serait-il autrement?

 


Et puis il y a la force des souvenirs, ceux qui ont le don de vous détourner les yeux et ceux qui laissent dans votre cœur un brin de nostalgie. Ceux qui sont aussi doux que la tarte au sucre de votre grand-mère. Ceux qui sont aussi bruyants que les rires des amis. Ceux qui sont aussi exaltants que les premières fois. Ceux qui sont aussi puissants que les liens familiaux. Ceux-là, il faut les chérir ! Mais il ne faut pas oublier les autres aussi.. Ceux qui vous font apprécier le goût de la vie, de la liberté et de l'amour.
Alors quoi que vous ayez à vous dire, posez-vous au calme et pourquoi pas avec une playlist spéciale? Penchez-vous sur le papier, sans filtre. Penchez-vous sur votre passé, sans filet. Et demandez-vous ce que vous aimeriez dire à votre vous du passé. Celui qui vous a construit, celui qui vous a montré la voie..


Lui spoilerez-vous les épisodes de Game of Thrones?  Quel conseil aimeriez-vous lui adressez? De quoi parlaient vos rêves d'enfants?

13 sept. 2017

Days - James Lovegrove



Auteur : James Lovegrove
Genre : Science-fiction / Roman
Paru en : 1997
Prix : 8,40€  
Éditeur : J'ai Lu
Pages : 474


quatrième de couverture
"Chez Days, le plus beau (quoi que.. ) et le grand gigastore du monde, tout s'achète. Absolument tout. Mais pour le commun des mortels, il faut bien souvent se contenter des vitrines éclairées, car on ne peut accéder à Days qu'avec une carte de membre. Alors, certains sont prêts à tous les sacrifices et à toutes les folies pour acquérir ce précieux.. Que ne ferait-on pas pour pénétrer dans le temple absolu de la consommation? Car une fois à l'intérieur, à l'abri du monde et des tracas quotidiens, l'âme emplie par toutes les promesses qui s'offrent aux regards ébahis, on se sent enfin exister. Le client est roi, dit-on.. Mais à quel prix ?"

Days, où le plus grand gigastore au monde doit son nom à son fondateur Septimus Days; business man implacable et fétichiste du nombre 7. Symbole de perfection mais aussi enivré de mysticisme, ce chiffre n'a de cesse de planer sur le gigastore ( 7 étages, 7 frères, 7millions de mètres carrés, 7 cartes différentes, code à 7 chiffres,.. ) régissant ainsi son organisation. Une organisation millimétrée au mètre carré tout comme la routine de Franck qui est, elle, chronométrée à la seconde près. Vigile chez Days depuis 37 ans où il excelle en sa qualité de fantôme, il est le parfait et le premier employé dans son domaine. Mais ce matin Franck a décidé de démissionner. Alors avant de donner sa lettre à son supérieur, une dernière journée chez Days s'impose..


Au cours de cette journée nous suivons donc Franck mais aussi bien d'autres protagonistes : vendeurs, chefs de rayon, dirigeants, et clients; tous y passent. Mais ne vous trompez pas, le personnage principal de ce roman c'est bien Days. 666 rayons des plus communs aux plus improbables où TOUT se vend, même l'innommable. La devise de Days? :



"Tout ce qui est mis en rayon sera vendu. Tout ce qui est vendable sera mis en rayon."



Et malgré l'aura imposante et menaçante du gigastore je me suis moi-même surprise à vouloir savoir ce qui se cache derrière les murs de l'immeuble. C'est là que James Lovegrove est dingue : il réussit à personnifier Days, à le rendre vivant, mystérieux et terrifiant tout en étant attractif. Vous savez, c'est un peu comme ces scènes de films d'horreur où le personnage principal ne trouve rien de mieux à faire que de descendre dans le grenier de son arrière, arrière, arrière grand-mère, dans le noir, avec une brosse à dent à la main, après avoir entendu une multitude de bruits équivoques.. On sait qu'il ne faut pas y aller, on nous prévient, mais on y va quand même bordel ! Ben avec Days c'est pareil !



"Un de ces immeubles projette une ombre plus large que celle des autres, recouvre de son voile de ténèbres une étendue vaste et inégalée. [..] La succession des longues périodes de pluie et des étés brûlants a donné à ses murs la couleur du sang coagulé."



Mais si j'ai adoré cet aspect de ma lecture, la personnification et les comparaisons plus qu'intéressantes (Frankenstein, Jésus..) la suite du livre m'a laissé dubitative. En effet si l'attraction et le style de l'auteur m'a transporté dès le début du livre la seconde partie s'essouffle dans un rythme plus lent et moins fantasmagorique. La science-fiction laisse place à une satyre sociale et le charme s'enfuit complétement aux dernières lignes me laissant un goût amer en bouche.



Pour un premier roman de science-fiction  je suis assez partagée, l'avez-vous lu?

7 sept. 2017

Mes thés, tisanes et rooïbos du moment



Ce n'est un secret pour personne, mes proches savent que je suis une fana de thé! J'aurai pu vivre dans la Grande-Bretagne en m'acclimatant du temps vu le niveau de sainteté qu'à ce breuvage par chez eux! Mais suite à une violente anémie l'an passé j'ai du changer de fusil d'épaule et délaisser cette boisson au profit des infusions, rooïbos et tisanes. Mais quelles différences existe-t-il entre ces dernières?


Le thé est composé essentiellement de feuilles de théier; une plante contenant de la théine un principe actif similaire à celui de la caféine. Il peut être blanc, vert ou noir suivant leur niveau d'oxydation et possède de nombreuses vertus (anti-inflammatoires, antioxydantes, prévention du cancer du sein, diminution du stress, limite le cholestérol, etc..). La tisane est, elle, un mélange d'extraits de plantes qui en fonction de celles-ci peuvent traiter des problèmes ciblés. 
Le rooïbos est un arbuste poussant exclusivement en Afrique du Sud, qu'on utilise pour faire des tisanes anti-oxydantes. Ne contenant pas de théine et étant plus doux, c'est la solution parfaite pour pallier au thé. L'infusion est quant à elle tout simplement une méthode de préparation (trempage de la plante une dizaine de minutes dans de l'eau bouillante).

Après cette "minute E=M6" venons-en au cœur de l'article:


Infusion Minceur - INFUZ
Lors d'une promotion à Carrefour j'ai pu profiter d'une belle offre sur ce mélange fruité qui m'a particulièrement accompagné cet été. Thé vert, hibiscus et myrtille avec des arômes de fraise et de rhubarbe, fort en goût il en faut très peu, n'a pas besoin d'être sucré et peut se boire aussi bien froid que chaud. Contenant du thé vert et du guarana (1%, c'est vraiment peu!) il apporte un léger coup de boost à la combustion des graisses. Je l'aime beaucoup!
J'aime :le packaging et le goût  
Je déplore : la présence d'arômes et le guarana présent en infime quantité


Tropicoco - OR TEA?
Ce mélange est ma dernière découverte : des fruits séchés que l'on peut ajouter à son thé pour agrémenter son goût. Je le mix à d'autres mélanges de plantes un peu plus fades histoire d'apporter plus de fraîcheur et de fruité et c'est juste génial! Comme son nom l'indique les saveurs sont exotiques : écorces d'orange, de citrons et morceaux d'ananas et de coco! Le slogan de cette infusion? "Comme un Pina Colada, sans la gueule de bois du lendemain".
J'aime : le concept et le packaging  
Je déplore : la présence d'arôme




O'night - DESTINATION
Cette infusion est ma favorite, c'est la 3èm fois que je la rachète et je suis malheureusement obligée de passer sur le net pour me la procurer. Mais elle vaut le coup, DestinatiOn est une entreprise française certifiée bio et éco-responsable. Idéale au coucher je la savoure à ma pause lecture avec beaucoup de plaisir. Elle est la preuve qu'il en faut peu pour avoir un mélange et des saveurs de qualité puisque seulement trois ingrédients composent cette tisane : du rooïbos, des zestes d'oranges et de l'arôme naturel d'orange. J'ajouterais presque : "Et PAF ! Ça fait des Chocapics !" Ah ah. Il y a même un léger goût vanillé en bouche hyper doux et qui se marie à merveille à l'orange. Bref, c'est du top de chez top!
J'aime : le goût ( #amour ), la certification bio, l'entreprise française  
Je déplore : qu'il n'y ai pas assez de sachets à l'intérieur!


Thé vert à la mangue - TOUCH ORGANIC
Ce thé m'a attiré par toutes les certifications obtenues ( Ecocert, Fairtrade, AB.. ), leur contribution au commerce équitable en Chine et sa saveur : la mangue. La mangue et moi c'est une longue histoire d'amour (parfois de haine aussi..) et c'est la première fois que je tombais sur ce parfum! Ah! Et leur petit prix (3€25 en moyenne) ! Le  souci c'est que je suis un brin déçue par sa saveur qui n'a de la mangue qu'un léger arôme (naturel) et dont le thé vert laisse un goût amer en bouche. C'est bien dommage! Je ne pense pas me l'acheter une nouvelle fois mais pourquoi pas tester un autre produit de la marque?
J'aime : les ingrédients issus de l'agriculture biologique, label fairtrade, le prix  
Je déplore : le goût amer et peu prononcé de mangue


Divine digestion - CLIPPER
Finir son repas avec une petite tisane j'adore ça! Mais je tombe rarement sur des mélanges savoureux.. Aujourd'hui je pense avoir trouver mon bonheur en la matière en vous parlant de cette infusion. La menthe en est le premier ingrédient suivi par le fenouil; idéal pour les troubles digestifs et des extraits de racines de gingembre. Frais et légèrement épicé il est vraiment excellent et contribue à une meilleure digestion. Je vous le recommande vivement!
J'aime : le goût, les bienfaits, les emballages, les sachets de thé non blanchis, les labels bios
Je déplore : rien!


Thé Chaï épices - ALTER ECO
Je pense qu'au fil des présentations vous avez remarqué mon intérêt pour des thés et tisanes naturelles, de préférence bios et fairtrade (qui soutient le commerce équitable). Alter Eco fait parti de ces marques qui proposent donc des ingrédients de 1er choix et respectueux de l'environnement. Ici j'ai choisi du thé chaï, qui en réalité veut dire "thé thé", puisque "chaï" veut dire "thé" en hindi. Un peu con bête comme nom quand on y pense? Le thé chaï est une préparation à base de thé noir et d'épices. Dans la tradition indienne celui-ci est servi sucré (beaucoup) et avec du lait. Et j'adoooore ce goût à la fois prononcé et doux! Je l'apprécie au goûter sans forcément l'accompagner par un quelconque dessert puisqu'il est à lui seul très savoureux.
J'aime : le goût, les labels bios, les sachets de thé non blanchis
Je déplore : le packaging




Calme et sérénité - JARDIN BIO
Si le titre appelle à un moment de plénitude l'infusion l'est tout autant! Douce et légère elle mêle le goût herbacé de la verveine à la rondeur de la fleur d'oranger avec une pointe de réglisse et d'arôme naturel de vanille. Le mélange est parfait et très relaxant, c'est une très belle découverte qui pour moi n'aime pas d'habitude le goût de la verveine. 
J'aime : le mélange de saveurs, label AB, les sachets de thé non blanchis, trouvable en grande surface 
Je déplore : rien!


Thé vert au jasmin - PAGÈS
C'est en ayant goûté un véritable thé au jasmin dans un restaurant chinois que m'est venu cette nouvelle obsession : trouver un thé au jasmin parfumé! Alors je vous le dis tout de suite : celui-ci n'est pas aussi puissant que je le voudrais.. Mais il est de loin le plus aromatisé que j'ai pu trouvé jusqu'ici.. Apaisant le jasmin permettrait de soulager les maux de tête et de lutter contre la grippe. C'est le parfait allié pour les saisons froides!
J'aime : les valeurs de la marque, label bio européen, l'entreprise auvergnate
Je déplore : le goût 


Nuit - PAGÈS
Encore une infusion pour le coucher et une nouvelle fois la verveine est l'ingrédient phare du mélange! Quand on sait tous les bienfaits qu'elle apporte on comprend pourquoi! Baisse de l'anxiété, diminution du stress, parfait pour les troubles digestifs et aide à réguler les troubles du sommeil ! Bref, c'est un super ingrédient bien que le goût ne soit pas des plus gourmands. Heureusement le mélange proposé ici est aussi sucrée qu'aromatique. Poire, myrtille, tilleul, pomme, fleur d'oranger et arômes naturels s'associent à la verveine pour donner une infusion douce et légèrement parfumée. Je l'apprécie beaucoup mais je préfère celle de DestinatiOn  ;)
J'aime : le mélange, les valeurs de la marque, label bio européen, l'entreprise auvergnate
Je déplore : rien !


Il manque mon infusion préférée sur la photo ( la fameuse DestinatiOn, je les avais tous utilisés hihi ! )


J'espère que cet article qui change de ce que je vous propose habituellement vous aura plu car j'ai trouvé l'idée très sympa de vous présenter mes découvertes et favoris en la matière. Si vous l'avez deviné j'essaie un maximum de prendre des thés et tisanes bios tout en évitant les fruits rouges que je ne supporte pas en boisson chaude!


Et vous? Vous êtes plutôt thé ou infusion? Vous connaissiez le rooïbos? Un parfum de prédilection? Un thé au jasmin à me conseiller? La bise !

24 août 2017

Your name de Makoto Shinkai, un manga à voir absolument


Synopsis
"L'adolescente Mitsuha, rêve de quitter son petit village traditionnel d'Itomori. Ce qu'elle aimerait? Vivre à Tokyo dans la peau d'un jeune homme. Quelle est sa surprise quand celle-ci se rêve dans la peau du jeune Tokyoïte Taki. Mais plus les jours passent et plus les rêves semblent réels. Elle comprend très vite que Taki aussi fait des rêves étranges; il se voit vivre à Itomori, dans le corps d'une jeune fille.. Une relation commence à s'installer entre les deux adolescents qui ne se sont pourtant jamais vus. Quel mystère cache leurs rêves? "

date de sortie : 28 décembre 2016 | réalisateur : MAKoTO SHINKAI | scénario : MAKoTO SHINKAI  


Impossible de ne pas vous en parler ici et de ne pas vous partager mon dernier coup de cœur  pour Your name. Ce long métrage de Makoto Shinkai est une merveille et accessoirement l'un de mes mangas préférés vus à ce jour. 


Mitsuha et Taki, deux adolescents que tout oppose se voient du jour au lendemain vivre dans le corps de l'autre à travers leurs rêves. Au dessus de ce duo qui tente de s'apprivoiser et de vivre au mieux cette singularité, une catastrophe plane sur leur étrange relation..


Si le thème a bien évidement déjà été abordé la manière dont il est traité ici est très intéressant, original, et surtout touchant. Les dessins sont quant à eux d'une beauté folle et les paysages saisissants, poétiques. Ce style déjà distinct et à la fois remarquable on le retrouve dans Voyage vers Argatha et 5cm per second ( deux autres animes du réalisateur que je vous recommande chaudement ! ). Mais avec Your name M. Shinkai passe au niveau supérieur et laisse à tout jamais son empreinte visuelle dans le monde des animes japonais. 


Outre son visuel envoutant, les contrastes étoffent ce scénario déjà addictif. Les parallèles sont nombreuses et reflètent à merveille l'enchevêtrement entre le traditionnel et la modernité. Le jeu de miroir est quasi-constant et offre une perspective nouvelle selon le point de vue ( campagne/ville, masculin/féminin, passé/présent, etc.. ) ce qui fait selon moi la richesse de l’œuvre. Le petit manque? Peut-être plus d'investigation sur le thème des failles spatio-temporelle. Mais je n'en tiens pas vraiment rigueur car ce mystère participe finalement à la magie du film.


Dernier point dont j'aimerai discuté avec vous: la comparaison avec le grand Miyazaki. Bien que je puisse le comprendre je la trouve néanmoins futile. Car vous ne retrouverez absolument pas l'univers onirique et surréaliste de Miyasaki.. Le style est bien différent ! La puissance du visuel et de l'histoire est commun aux deux réalisateurs mais pour moi ça s'arrête là..


Je finirais cette chronique par vous dire que j'ai été émerveillée devant le travail de Makoto Shinkai et qu'il vous faut le voir absolument  :)



NOTE : Ce sont les mots d'Ono no Komachi ( poétesse du Xèm siècle ) qui inspira Your Name.
"C’est parce que tu as pensé à lui dans ton sommeil qu’il est apparu dans ton rêve. Et si tu avais su qu’il s’agissait d’un rêve, tu ne te serais pas réveillée"

bande annonce à voir  ICI


17 août 2017

Anna Karénine - Léon Tolstoï



Auteur : Léon Tolstoï
Genre : Romance / drame / historique
Paru en : 1877
Prix : 34€ les 2 tomes
Éditeur : Create Space ( Amazon )
Pages : 902


quatrième de couverture
"Anna Karénine est une jeune femme mariée à Alexis Karénine, fidèle et mère d’un jeune garçon Serge. Anna Karénine se rend à Moscou chez son frère Stiva Oblonski. En descendant du train, elle croise le comte Vronski. Anna tombe amoureuse de Vronski, cet officier brillant, mais frivole. Elle lutte contre cette passion et finit pourtant par s’abandonner avec un bonheur coupable au courant qui la porte vers ce jeune officier. Puis Anna tombe enceinte. Se sentant coupable et profondément déprimée par sa faute, elle décide d’avouer son infidélité à son mari.."

Après ma superbe aventure avec Madame Bovary ( ARTICLE ICI ) j'ai voulu lire un nouveau classique et ce n'est pas le fruit du hasard si je me suis tournée vers Anna Karénine.. J'avais vu le film de Joe Wright il y a quelques années sans vraiment me rappeler la trame de l'histoire et me souviens l'avoir même trouvé bizarre.. Seule l'image de Keira Knightley, superbe, passionnée et excessive m'est restée en tête et m'a résolue à me plonger dans ces 900 pages.. avec l'attente d'un nouveau coup de cœur, digne de celui d'Emma.


Malheureusement le charme n'a pas opéré alors que j'ai trouvé nombre de qualités en Anna, qui est l'antonyme de l'héroïne de Flaubert. Charismatique et d'une beauté frappante, elle dégage une aura séductrice indéniable dont on ne peut se défaire ni en être jaloux tant elle respire la spontanéité et la gentillesse. Ses toilettes luxueuses et hautement recherchées diffèrent totalement de la simplicité dont elle émane et ne se plie jamais aux exigences et à l'hypocrisie de la bourgeoisie russe. Mariée par convenance elle trouvera en Wronsky l'amour, l'attention et la passion qu'elle n'a jamais connu. Son statut de femme infidèle mais surtout les mensonges engendrés par la situation l'étouffent au point de tout avouer à son mari. Assumant ses choix et son amour elle ira à l’encontre des conformités et traversera des périodes difficiles et troubles. Mais l'amour ne mérite-t-il pas quelques sacrifices?


Anna Karénine est intriguante, forte et je comprends Ô combien son succès ! D'ailleurs en la dépeignant je me rends bien compte de son charme et de son attrait. Mais voilà, j'ai été déçue. Un brin par le personnage (parfois ses choix sont incompréhensibles !) mais davantage par l’œuvre de Tolstoï que j'ai trouvée assez lourde. Je m'explique.. Déjà j'ai été assez surprise de voir que le roman ne tournait pas seulement autour d'Anna. Anna Karénine, quel titre bien trompeur ! Dans ce roman il est question d'une galerie assez impressionnante de personnages. Et bien que trois couples se détachent de l'histoire je m'y suis perdue plus d'une fois entre les différents liens qui subsistent entre eux. Accouplé à cela les noms à consonances russes m'ont assez perturbée. D'une part parce qu'il sont nombreux mais aussi parce que Tolstoï choisit plusieurs manières de nommer ses personnages ( nom, prénom, nom et prénom, surnom ). Pour Lévine par exemple l'auteur l'appelle tantôt Lévine, tantôt Constantin, parfois Constantin Dmitriévitch mais également Kostia.. De quoi vous faire péter une durite non?
La narration s'articule donc autour du couple Anna/Wronsky mais sans pour autant être prépondérante sur l'entièreté du roman. Ainsi Lévine ( que j'adore ) est un des personnages principaux de l’œuvre alors qu'il ne croise quasiment jamais Anna ! Son personnage idéaliste m'a émue et le couple qu'il forme avec Kitty m'a beaucoup plus passionné que celui d'Anna et de Wronsky.


Et malgré la lenteur et parfois l'ennui que j'ai pu ressentir dans cette immense fresque la grande qualité de Tolstoï réside dans la psychologie et la personnalité des personnages aux nuances les plus multiples. Je les ai trouvés tous touchants, passionnants et parfois déroutants; en un mot: réalistes. Quand certains sont en quête d'identité d'autres courent vers l'ambition ou encore l'amour. Des couples se pardonnent tandis que d'autres se déchirent à la moindre pointe de jalousie. C'est exhaustif et riche ! D'ailleurs ça l'est parfois un peu trop au point de rendre la lecture quelque peu fastidieuse. La romance est certes omniprésente mais elle se développe aussi autour d'éléments peu enclin à la passion : agronomie, religion, politique, culture.. Des sujets qui pourraient être intéressants mais qui sont trop développés et d'une manière peu attrayante. 


Je regrette donc certains passages longuets, une Anna finalement peu présente, parfois immature et ces noms à n'en plus finir ! J'aurai également dû entrecouper ma lecture pour souffler un peu.. Mais même si le coup de cœur ne s'est pas révélé je n'en trouve pas moins ce roman puissant.




extraits

Tous les bonheurs se ressemblent, mais chaque infortune a sa physionomie particulière.
tome un - page 10


[..] jamais l'horreur de la tempête n'avait paru si belle à Anna. Elle venait d'entendre des mots que redoutait sa raison, mais que souhaitait son cœur.
tome un - page 143


La femme est privée de droits parce qu'elle est privée d'instruction, et le manque d'instruction tient à l’absence de droits. N’oublions pas que l'esclavage de la femme est si ancien, si enraciné dans nos mœurs, que bien souvent nous sommes incapables de comprendre l'abîme légal qui la sépare de nous.
tome deux - page 45


Si tu ne cherches que la récompense, le travail te paraîtra pénible, mais si tu aimes le travail, ta récompense sera toute trouvée.
tome deux - page 203


J'ai peur de moi-même, je me sens sur le bord d'un abîme.
tome deux - page 357
 



Connaissiez vous Anna Karénine? Comment trouvez-vous le style de Tolstoï? Avez-vous un roman à me conseiller sur la société russe?

7 août 2017

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une.. de Raphaëlle Giordano



Auteur : Raphaëlle Giordano
Genre : Roman / Développement personnel
Paru en : Septembre 2015
Prix : 6,95€  
Éditeur : Pocket
Pages : 252


quatrième de couverture
"Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce et repart à la conquête de ses rêves.."


Le train-train quotidien tient ses charmes à ses petits plaisirs et à sa stabilité. Mais lorsque la monotonie engloutit jusqu'à nos rêves d'enfant on se laisse gagner par un vide indiscernable.  C'est ce que vit l'héroïne du roman; Camille. Mais la vie fait bien les choses; après un accident de voiture elle rencontre de façon impromptue, Claude, routinologue. Le nom fait sourire, c'est que ça parait assez loufoque comme métier routinologue, non? Mais l'assurance et la charisme du soixantenaire dissiperont assez vite les préjugés de Camille. Et comme dit le dicton: Qui ne tente rien, ben n'as rien !


Roman ou guide de la psychologie positive, le débat reste entier à ce sujet. Pour ma part j'aime cette manière d'amener le développement personnel. C'est inspirant sans faire moralisateur. On pioche les idées qui nous plait, on les adapte à notre niveau tout en suivant la métamorphose de Camille, et ça c'est plutôt cool. Parmi celles testées j'ai beaucoup aimé les grimaces devant le miroir le matin :) . Étant déjà assez de bonne humeur au réveil avec ce petit exo régressif la banane est assurée !
Ce que je regrette c'est le manque de profondeur et de rétrospectives concernant le personnage principal.. Elle est malheureusement quelconque et un brin naïve, je ne m'y suis donc pas particulièrement attachée. Tous ces changements semblent si faciles pour elle ! Certes, les difficultés se font ressentir, mais elle passe au-dessus aussi vite que les pages se tournent. Ce qui est dommage car je ne trouve pas ça assez réaliste.


La fin m'a également laissée mitigée, entre surprises et conte de fée j'ai été à la fois déçue et enchantée. Déçue car certains chapitres m'ont fait lever les yeux au ciel tant c'était gros. Et enchantée par les valeurs et le symbolisme qu'à voulu communiquer l'auteure dans les dernières pages : le cercle vertueux, le partage, l'effet papillon.. C'est tellement approprié et bien trouvé ! D'ailleurs l'idée de prêter cette lecture à une amie prochainement me fait rentrer moi aussi dans ce petit cercle, et c'est très plaisant.



Vous n'imaginez pas à quel point c'est rare, quelqu'un qui sait vraiment écouter ! Je me dis souvent que quelqu'un qui sait écouter est le roi du monde.
chapitre 13 - page 94




Si vous n'avez jamais lu de livre sur le développement personnel je vous conseille de vous attarder sur celui-ci; une mise en bouche parfaite pour le genre ! Pour les connaisseurs ne vous attendez pas à un roman révolutionnaire, il est assez commun et manque de crédibilité.
Haut de la page